Aller au contenu principal

Projet GEOTEX - Remédiation de sols contaminés

Projet GEOTEX : Remédiation de sols contaminés

Piloté par Sita Remediation, société experte dans le domaine de la dépollution des sites et sols pollués, le projet GEOTEX regroupe trois autres partenaires, le BRGM et deux PME spécialisées dans la construction d’engins de chantier (GUTZWILLER) et la construction de machines de tri des déchets (RMIS).

GEOTEX s’est penché sur deux problématiques de dépollution distinctes :

  • sols argileux faiblement pollués par des solvants organiques et peu propices au venting (aération in situ des terres) du fait de leur faible perméabilité (procédé ROTALIS) ;

Dans le premier cas, un engin de travaux publics a été adapté afin de pouvoir traiter les terres sur site, par couches de 50 centimètres (procédé ROTALIS). Il s’agit d’un gros malaxeur tracté, doté de filtres à poussières et équipé à l’avant d’une plateforme d’extraction des gaz et de filtration sur charbon actif. Les rendements épuratoires des composés organiques volatils COV de type BTEX (benzène, toluène, éthylbenzène, xylène) et hydrocarbures légers (C5-C10) sont suffisamment importants pour atteindre les seuils définis dans le guide de réutilisation des terres excavées (seuils VS2 et VS1). Ce procédé peut traiter des sols en place à une cadence moyenne de 1 500 m3/j. Des simulations montrent qu’avec de telles cadences, ce procédé est jusqu’à cinq fois plus avantageux, d’un point de vue économique, que les traitements traditionnels sous tente.

 

  • d’autre part, des terres excavées ne pouvant pas être orientées vers des ISDI (Installation de Stockage des Déchets Inertes) en raison de leurs teneurs en métaux/métalloïdes trop faibles pour être endiguées avec les techniques classiques à moindre coût, mais encore trop élevées pour ce type d’installation (procédé MECALIS).

Le second outil est un émotteur-mélangeur du sol et d’additifs (procédé MECALIS). Il permet de traiter sur site, par stabilisation, les sols présentant dans les lixiviats des traces de zinc, plomb, nickel, antimoine et arsenic. Le choix de l’additif est un élément essentiel qui nécessite une étude de faisabilité au cas par cas. Les réactifs utilisés sont issus des sous-produits industriels peu coûteux et disponibles en grande quantité, comme des boues de station d’épuration ou de la limaille de fer. En outre, afin d’assurer le mélange le plus homogène possible entre ces additifs et le sol, un certain nombre de paramètres comme la vitesse des rotors, la vitesse du tapis de convoyage de la terre ou encore la forme des outils ont été passés en revue. Ils ont abouti à des spécifications pour la construction de l’engin, mais aussi à des prescriptions pour son utilisation. Les coûts de traitement avec cet équipement varient entre 10 et 25 €/t, ce qui permet au procédé de trouver naturellement sa place sur le marché des sites et sols pollués.

Le rôle du BRGM dans ce projet était de :

  • Réaliser les essais de stabilisation des terres au laboratoire ;
  • Réaliser les essais de mélange des terres des prototypes ;
  • Formuler les améliorations pour la mise au point des prototypes finaux ;
  • Mettre au point un mode opératoire des validations de performances des essais de terrain.

L’originalité du partenariat réside dans le fait que le pilotage du projet a été réalisé par un industriel. Le but était de mettre au point les procédés MECALIS et ROTALIS, de valider leurs performances et de vérifier leurs plages d’applicabilité technico-économique ainsi que leurs impacts environnementaux.

L’objectif de cette recherche appliquée était in fine de commercialiser les deux procédés.

http://www.upds.org/images/stories/pollutec/2012-11-30_Sita_GEOTEX_valorisation_des_sols_COV.pdf

http://www.brgm.fr/projet/approche-multi-echelles-strategie-gestion-pollutions

Contribution spécifique de PRIME

Mise à disposition d’un malaxeur à l’échelle métrique, du personnel et des équipements analytiques nécessaires pour quantifier l'efficacité des techniques de stabilisation afin de diminuer le transfert des métaux/métalloïdes dans les sols.

 

Durée du projet : 2010 à 2013

 

Partenaires : SITA REMEDIATION, coordinateur, BRGM D3E, Gutzwiller, RMIS

Budget du projet : non communiqué

Financeurs: ANR ECO-INDUSTRIES (DGCIS-Direction Générale de la Compétitivité, de l’Industrie et des Services)

 

 

Plateforme
PRIME
Organisme
BRGM
Logos financeurs